Lycée de la Mer et du Littoral : Menu
La vie du Lycée > Sorties pédagogiques
voyage pédagogique des BTS "productions aquacoles"aux Iles Canaries

Date : 11-03-2008
1ère partie : présentation des Canaries et de Tenerife

Les îles Canaries appartiennent à l'Espagne depuis le XVe siècle. Elles sont situées dans l'océan Atlantique à l'ouest du Maroc à quelques encablures des côtes sahariennes.

L'archipel comprend sept îles principales et environ 2 millions de Canariens y habitent .
Le climat doux, subtropical et ensoleillé pendant toute l'année, bénéficie de singuliers paysages marqués par le volcanisme.

L'industrie est surtout développée dans les activités portuaires et le raffinage de pétrole (la "Refinería de Petróleo en Santa Cruz de Tenerife" est la plus grande raffinerie d'Espagne) et l'agro-alimentaire.
Seul 10 % de la surface des îles est cultivée avec des céréales, des vignes, du tabac, des bananes, des tomates et des fruits tropicaux (avocats, mangues et ananas), produits exportés essentiellement vers l'Espagne et l'Union européenne.

Aux Canaries, selon l'altitude, les paysages changent brutalement. On y passe sans transition des vastes campagnes riches en bananiers et en tomates aux ravins escarpés du massif central volcanique; des plaines de cailloux aux arêtes coupantes aux plages de sable fin, blanc, jaune ou noir !
Tenerife est la plus grande île (81 km x 45 km) dominée par un volcan actif situé en son centre, le Teide (prononcez "té-i-dé"), le plus haut sommet d'Espagne (3.718 m).

Faune et flore

On peut rencontrer un grand nombre de mammifères marins (dauphins et de baleines globicéphales) entre Tenerife et La Gomera où la mer atteint une profondeur de 3.000 mètres.
Près du Teide on trouve des chats sauvages ainsi que des lapins retournés à l'état sauvage. Les lézards y sont nombreux.

Le monde ornithologique se caractérise par quelques espèces typiques, comme par exemple la variante sauvage du serin des Canaries ou le pinson bleu.

La végétation de Ténérife est très variée et beaucoup de plantes sont endémiques :
  • le pin des Canaries avec d’immenses forêts à l'intérieur de l'île.
  • cactées et figuiers de Barbarie dans le sud plus désertique
  • le dragonnier, une plante emblématique des îles Canaries
  • et une fleur magnifique : "l'Oiseau de Paradis"


2ème partie : des activités adaptées aux préférences de chacun !

Une visite incontournable pour les "non-plongeurs" :
Pour les « non-plongeurs » la visite de LORO PARQUE, situé dans le nord de l'île, est une étape incontournable ! Crée en 1970 par un passionné allemand de perroquets qui a voulu partager sa collection avec le grand public (loro signifiant perroquet), le parc s’étend aujourd’hui sur plus de 13,5 ha au milieu de la ville de Puerto de la Cruz … dans une luxuriante forêt tropicale plantée en 1972 !

  • Une banquise antarctique hébergeant plus de 180 pingouins de Humboldt avec un bassin de 600m3 entourant une île de 314 m² recouverte de neige et une température de 0°C …
  • Plusieurs aquariums avec des poissons d’eau douce et de mer. Le clou du spectacle étant le tunnel qui fait passer sous des requins.
  • Orques, dauphins & lions de mer se donnent en spectacles avec des shows où les animaux sont en parfaite osmose avec leurs dresseurs.
  • Crocodiles, iguanes, tortues géantes de Madagascar ...
  • Un magnifique jardin d’orchidées en fleurs.
  • Deux zones réservées aux primates : gorilles, chimpanzés, …
  • La plus grande collection au monde de perroquets : 4 000 individus, soit plus de 350 espèces et sous espèces !

La plongée à Las Galletas (Tenerife)

Les « plongeurs », après des mois d’entraînement en piscine, allaient enfin découvrir des sensations uniques comme l’évolution en apesanteur, la quiétude du monde du silence, côtoyer des espèces dans leur élément naturel, partager des moments privilégiés.
Le doux climat de l’île fait qu’on peut y plonger tout au long de l’année dans une eau variant de 19°C en janvier à 25°C en août.
Les paysages volcaniques donnent un aspect unique aux fonds sous-marins extrêmement rocheux en pierre de lave.
La flore y est peu présente, ce qui n'empêche nullement les eaux claires d'être extrêmement riches : raie papillon, raie pastenague (certaines géantes), raie aigle...
On rencontre aussi le fameux requin ange, mi requin / mi raie qui vit tapi sur les fonds sableux.
A côté de cela, une vie pleine de couleurs chatoyantes aux formes diverses et variées : des anémones, des poissons perroquets, des rascasses, des girelles paons, des crabes flèches, des crevettes et toutes sortes de murènes....

1ère plongée : Montaña Amarilla: plongée de vérification (profondeur 10 à 20 m).
Le fond est rocailleux avec des parois, des grottes et des crevasses. Alors que le fond est recouvert de sable blanc, nous pouvons y rencontrer des seiches, poissons lézards, araignées, limandes, raies, anguilles jardinières, murènes, barracudas, crabes, poissons trompettes, viejas, fulas et aussi des bancs de roncadores.

2ème plongée :
Las rayas, sur 20 mètres de fond : plongée sur fond de sable, sur une épave ( REGASY III ) : anguilles jardinières, raies pastenagues, blanches et noires, aigles, papillons, une ou deux tortues boba et en plus, une quantité considérable d'autres espèces.

3ème plongée :
Los Champignones (20 – 25 m) : de grandes roches à la forme de champignons avec en abondance des sars, des poissons trompette, des mulets et des rougets. C'est également un passage pour les espèces pélagiques.

4ème plongée :

  • Los arcos de coral (sur 25 à 40 m- plongeurs les plus expérimentés) : descente dans un barranco de 25 à 60 m dont les parois sont tapissées de corail noir* : arbustes verdâtres avec de nombreuses ramifications (jusqu’à 2 m d’envergure) qui, à la lumière d’une lampe révèle un orange éclatant ! Au milieu, une grande arche couverte de corail noir où un gros mérou a élu domicile. A la base, un immense rocher où l'on trouve comme gardiens, les barracudas, des poissons soldats, un diodon, des murènes, des sérioles, un banc de grondeurs, des raies, des sars et bien d´autres espèces.
    * en réalité c’est son ossature ou squelette qui est calcaire et noire…
  • Le cimentier (sur 5 à 15 m de fond – plongeurs N1), épave de 20 mètres de longueur située entre des formations de basalte : poissons trompettes, murènes, petites rascasses, étoile de mer à 7 bras, comatule, pleurobranches sous les pierres, perroquet rouge, banc de marbrés, sars, girelles paons, …

Une balade en bateau pour observer les globicéphales et les dauphins

Une journée de bateau pour tous à la découverte des « baleines », des globicéphales en fait, et des dauphins (cf. Florence PICOT car je n’ai pu y aller !)

L'aquaculture aux Canaries

Le secteur halieutique
Sa part dans l'économie locale est restreinte et ne représente que 0,5% des emplois déclarés (4.200 équivalents temps-pleins).
La pêche (artisanale côtière, semi-hauturière ou des thonidés) connaît une chute des débarquements ces dernières années par surexploitation des stocks.

La production aquacole
a considérablement évoluée (Provincia de Santa Cruz de Tenerife), passant de 30 tonnes en 1999 à près de 2.000 tonnes en 2007 : 30 entreprises élèvent le bar (environ 800 tonnes) et la dorade (environ 1.200 tonnes).

La constance du climat canarien (une eau entre 18 et 24 °C) permet aux aquaculteurs de tabler sur une production continue toute l'année et offre des perspectives de développement intéressantes pour cette activité (25 000 t à terme).
Depuis peu, une ferme produit du thon à Lanzarote !

Les cycles sont courts : la daurade royale et le bar d’environ 10 g atteignent 450 g respectivement en 12 et 14 mois !
Les alevins sont produits dans le Sud de l’Espagne (transport en cuves en camion spécialisé et bateau).
Les structures d’élevage sont des cages flottantes circulaires en polyéthylène de 12 à 20 m de diamètre pour une profondeur de filet de 12 à 20 m.
Le granulé vient d’Espagne par camion/bateau, mais une partie est cependant fabriquée (Hoya Fria) sur Tenerife.

Portfolio :